La Fabrique du Glob

Durant toute la saison, des équipes sont présentes au Glob pour chercher, expérimenter et consolider les pistes qui structureront leurs créations à venir. Certains de ces temps de travail se termineront par un moment partagé de visibilité. Ouvrez l'oeil ! Nous vous en informerons au fil de la saison.
Si vous désirez être tenus au courant, n'hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter.


PEAU
Compagnie Jeanne Simone
Du 9 au 13 décembre

« J’ai envie de focaliser sur les gestes de soi à soi, ceux du soin de soi, ceux de s’habiller, se dévêtir, changer d’apparence… Et ceux des groupes, les gestes qui disent nos relations, nos proximités, nos luttes de pouvoir, nos lâchers prises… Et ceux du couple, le toucher, la prise, l’agrippement, l’appui… ».
                                                                                Laure Terrier 

Danse tactile dans la boite noire. Laure Terrier, danseuse-chorégraphe du dehors, de la ville, du hors-théâtre, isole pour la première fois ses danseurs de la dureté du bitume et du vent dans les cheveux. Les voilà embarqués sur un plateau. Dedans donc, mais en contact par la peau, qui sert de fil rouge à cette toute nouvelle aventure à cinq interprètes : Laure Terrier elle-même, mais aussi des fidèles de sa bande déjà croisés sur Nous Sommes ou Quartiers Sensibles…
La peau est à la fois frontière avec le monde, avec l’air, le chaud, le froid mais aussi cette membrane qui permet de ressentir l’espace tout autour de soi. Mots, corps, sons, mises à nu : de tout ça il y aura, et bien plus, dans ce projet encore en devenir.

Laure Terrier
Chorégraphe et danseuse, Laure Terrier n’en finit pas de malaxer les relations du corps à l’espace public au travers des créations portées par Jeanne Simone. Elle s’est beaucoup nourrie des approches de Julyen Hamilton, Patricia Kuypers, G. Hoffman Soto, tout en vadrouillant en tant qu’interprète aux côtés des chorégraphes Nathalie Pernette ou Odile Duboc. L’usage des lieux comme fil conducteur, elle invente une danse qui cherche d’autres relations possibles au monde qui l’entoure.

Jeanne Simone
Depuis 2004, la compagnie Jeanne Simone explore une dramaturgie des corps en relation aux espaces, plus particulièrement les espaces du quotidien. Ses créations questionnent la fragilité, l’appétit, l’éclat de l’être dans ces lieux et interrogent les possibles du vivre ensemble. Jeanne Simone est nourrie, au fil des ans et des créations, des énergies de d’une constellations d’artistes, comédiens, danseurs, musiciens, circassiens, dont font partie les compagnons de route de Peau, Camille Perrin, Anne Laure Pigache, Cécile Kerrec, Mathias Forge, Loic Lachaize.

OARA CMJN 01ISOLES EN TANT QUE MOTIFS
Compagnie Translation
logo escaledulivreDu 23 mars au 5 avril à la MECA 

« Une noire
puis deux
sans deuil
j’ai voulu ce fond pour
que, blanc sur noir
vienne
à la dérobée
– de la neige –
la dictée
– neige tombant sur du charbon –
comme
à Berlin les péniches
rangées au bord de la Spree
chargées de caractères chinois
cristaux posés sur le plus noir que nuit »

Jean-Christophe Bailly

Le poème Blanc sur noir de Jean-Christophe Bailly est un long texte vertical couché sur 12 pages. Dans Isolés en tant que motifs, le voilà projeté au sol et sur les murs, à la fois socle, trame et matrice de cette installation-performance. Denis Cointe lit, Didier Lasserre joue, Laurent Cerciat chante, et Loic Lachaise répercute des échos sonores.
Le dernier projet de la Compagnie Translation a évolué depuis sa sortie de résidence l’an dernier dans notre studio. Le dispositif est désormais posé : un texte présent physiquement, oralement. Des musiciens et comédiens, et un public placé au milieu d’eux. Les mots habitent l’espace et le temps, la pièce se nourrit de présences et d’absences, de traces et de silences. Le spectateur est immergé dans ce lieu intime de circulation de la poésie et de la musique.

La compagnie Translation
Fondée en 2009 par Denis Cointe, plasticien, metteur en scène, la compagnie Translation se constitue au travers de ses collaborations et compose avec des artistes de différentes disciplines dont Didier Lasserre, percussionniste et batteur installé à Bordeaux, et Laurent Cerciat, plasticien, chanteur. Chaque réalisation porte l’intention de composer une forme, pour la scène (Die Dichte 2011, Délivrance 2016), pour la radio (Lie mineure 2014, Panique cellulaire 2015), ou plus récemment pour un jardin (Le Jardin du Barail depuis 2016).

Jean-Christophe Bailly
Jean Christophe Bailly, né en 1949, est philosophe, poète, essayiste, homme de théâtre. Docteur en philosophie, il a longtemps travaillé dans l’édition et dirige toujours une collection chez Bourgois et chez Macula. La plupart des histoires de Jean-Christophe Bailly sont ancrées dans des territoires et des paysages d’Europe du Nord particulièrement l’Allemagne… « Blanc sur noir » est paru aux éditions bordelaises William Blake and Co., en 1999.

Etape de travail : Jeudi 2 avril à 18h30 à la MECA
logoIDDAC 2017PUISSANCE 3
Solenn Denis – Aurore Jacob – Julie Ménard
Du 3 au 7 février 

« Comment des autrices écrivent, en direct, sous les yeux des spectateurs, une histoire retransmise dans une scénographie numérique et immersive, et comment avec immédiateté musicien & acteurs s’en emparent. »

Puissance trois c’est un jeu en trio, où les règles sont fixées à l’avance mais où chaque soir tout se réinvente et s’improvise. Les trois, ce sont donc, Aurore Jacob, Solenn Denis et Julie Ménard, trois autrices bien connues du Glob, trois plumes jeunes et féminines, qui viennent bousculer collectivement les règles du jeu théâtral. En direct, sous les yeux des spectateurs, elles inventent et écrivent une histoire retransmise par vidéo-projecteurs. La technique est à vue, le régisseur s’inscrit dans cette drôle de partition, deux comédiens portent le texte, et un musicien les accompagne dans ce projet immersif et numérique. Si pour ce premier jet, ce sont bien elles trois, accompagnées des comédiens Erwan Daouphars et Nadja Bourgeois, qui sont au plateau, elles imaginent par la suite « passer » ce dispositif à d’autres auteurs et comédiens. Pour que les écritures vivent, et jamais ne se ressemblent.

Solenn Denis
Comédienne, metteuse en scène, bidouilleuse, et autrice de théâtre, pour Solenn Denis, tous les moyens sont bons pour raconter ses histoires. Publiée chez Lansman, lauréate de différentes bourses théâtrales, elle crée avec Erwan Daouphars le Collectif Denisyak, qui a été soutenu par la Pépinière Soleil Bleu & Glob Théâtre, pour Sandre et SStockholm. Elle est actuellement artiste associée du TnBA, ainsi qu’au Théâtre des Ilets, CDN de Montluçon, et à la Passerelle, scène nationale de Saint Brieuc.

Aurore Jacob
Aurore Jacob a déjà écrit une douzaine de pièces, dont certaines publiées par Théâtre Ouvert, Lansman, les éditions Koinè et En Acte(s). Depuis l’an dernier, La pépinière Soleil Bleu & Glob Théâtre l’accompagne pour son projet Les larmes de Colchide, présenté sur notre scène pendant le FAB.

Julie Ménard est autrice, comédienne et metteuse en scène.
Sa première pièce Une Blessure trop près du soleil est éditée à l’œil du souffleur en 2005. Elle fait partie du collectif lillois La Cavale, qui mêle théâtre et cinéma documentaire, et du collectif d’auteurs Traverse.

Etape de travail : Vendredi 7 février à 18h30

HYMNE
Compagnie Loufried
Du 11 au 15 mai

« Il fut, le 18 août 1969, l’audace même.
Il fit ceci : il s’empara de l’hymne et il le retourna
Il eut ce front.
Il prit ce risque. »
Lydie Salvayre

Le 18 août 1969 Jimi Hendrix fait résonner les notes de l’hymne américain à la guitare électrique. Ceci est le point de départ du roman de Lydie Salvayre qu’ Isabelle Fruleux met en scène, en musique et en mots. A la première personne, ce récit raconte ce que cette musique libre et puissante, déclenche en elle. Avec le bassiste et compositeur Felipe Cabrera, Isabelle Fruleux explore cet acte artistique et toutes ses résonances pour celui qui était américain d’ascendance africaine européenne et cherokee. Son récit se fait chant, prière, matière et vibration, conte aussi. Et la grand-mère de l’icône rock, Nora, y tient un rôle tout particulier.

Lydie Salvayre
Née en 1946 de réfugiés espagnols, Lydie Salvayre fut d’abord psychiatre avant de devenir romancière. Son premier livre, La Déclaration parait en 1990. Lydie Salvayre est aujourd’hui l’auteur d’une vingtaine de livres traduits dans de nombreux pays et dont certains ont fait l’objet d’adaptations théâtrales. Pas pleurer, paru en 2014, a reçu le Prix Goncourt.

Isabelle Fruleux
Marseillaise de naissance, Isabelle Fruleux a des origines martiniquaises, polonaises et chinoises. Comédienne, de cinéma et de théâtre, et metteuse en scène de projets musicaux elle a fait de sa voix son outil de travail le plus indispensable, notamment lors de ses performances sur les textes de son mentor, le poète et philosophe Edouard Glissant ou, dernièrement, ceux de Patrick Chamoiseau (Frères migrants). Elle s’accompagne toujours de compositeurs et de jazzmen de la scène internationale, tels que le pianiste Alain Jean-Marie, le clarinettiste Thomas Savy, le saxophoniste Raphaël Imbert, le créateur sonore Eddie Ladoire ou encore le bassiste Felipe Cabrera.

Felipe Cabrera
Il a commencé sa carrière musicale comme premier basson pour l’Orchestre Symphonique National de Cuba, avant de se vouer au jazz comme bassiste sur les scènes internationales. Il a collaboré, entre autres, avec Gonzalo Rubalcaba, Herbie Hancock, Omara Portuondo, Dizzie Gillespie, Eddie Palmiéri, Roberto Fonseca…

Etape de travail : Vendredi 15 mai à 18h30
logoIDDAC 2017MADEMOISELLE PERSONNE
Maëlle Gozlan, Didier Delahais
Du 10 au 14 février

« Elle - Comment un petit boulot peut me demander autant / je voulais rester une petite travailleuse hésitante devant la tache / pour bien m’y prendre à force de m’y coller / prendre le temps qu’il faut pour me prendre au jeu / avoir le temps d’y réfléchir et me laisser envahir par des tas de choses / ici réfléchir c’est désobéir / on ne se pose pas de questions on exécute / c’est pas en me demandant qui êtes-vous que je répondrai / qu’est-ce que ça veut dire qui je suis? / Je leur dirai qui êtes-vous vous? / qui êtes-vous? / Allez-y répondez-moi / » 

Maëlle Gozlan est cette Mademoiselle Personne, vendeuse dans une chaine de boulangerie. Un petit boulot répétitif qui fait la matière de ce texte. Ces jours faits d’anecdotes, de relations effleurées, de clients à peine croisés, de tâches répétitives dans un commerce déshumanisé, ont ouvert des brèches poétiques, des étrangetés qui titillent et construisent finalement, un chemin de soi.
Mademoiselle personne est un monologue peuplé de destinées anonymes, mises en mot par Didier Delahais, auteur et homme de théâtre bordelais, dont on sait à quel point l’écriture se nourrit de la parole de la rue. Seule en scène, la comédienne fait revivre toutes ces figures croisées. Elle se laisse traverser par les autres, elle se dit aussi. Parfois, entre deux monologues intérieurs, résonnent des bribes d’interviews, des fragments poétiques, des échos de pièces dramatiques.

Maelle Gozlan
La comédienne bordelaise, formée au Conservatoire de Théâtre de Bordeaux Jacques Thibaud, travaille régulièrement avec le théâtre des Chimères et la compagnie Le Glob de Jean-Luc Ollivier, avec laquelle elle a joué dans Phèdre. Proche du collectif de théâtre O’so - eux aussi bordelais -, elle joue dans «Mon prof est un Troll». Elle rencontre récemment le travail de Daria Lippi, Thusnelda Mercy et Loic Touzé, et participe à la création « L’expression du tigre face au moucheron» mis en scène par Daria Lippi.


Didier Delahais
Auteur et comédien, Didier Delahais est un passionné de l’écriture orale, de la parole ordinaire. « Faut voir » monologue joué partout dans la ville, est publié en 2013 aux Éditions
Moires. Il a depuis longtemps un lien fort avec le Glob Théâtre : «Fantasma d’Amore» pour les Paysages nomades, « J’irai Dehors », créé en 2016 sur notre plateau, « Free Ticket Zéro » écrit pour Cécile Léna, aussi passée par le Glob. Il anime par ailleurs des ateliers d’écriture.

Etape de travail : Vendredi 14 février à 18h30