POSARE IL TEMPO // Samedi 20 Octobre // 20h

L’espace et le temps. Claudia Catarzi, chorégraphe et danseuse italienne, repérée chez Ambra Senatore et dans l’édition 2016 de Danceroads, s’attelle depuis plusieurs pièces - Qui, ora, 40 000 cm2, Time, A set of timings - à rappeler que ces notions simples, premières, conditionnent tout mouvement des corps sur un plateau. Conceptuelle pourtant sa danse ne l’est pas. Car ce que préfère cette danseuse pétrie de la danse facétieuse, toute en fluidité d’Ambra Senatore, c’est goûter l’attention à l’autre, la métamorphose des corps, le jeu savoureux des écarts et de l’entre. Sa danse glisse, virevolte, arpente, suspend, étire. Dans sa dernière pièce, A set of timings, montrée l’an dernier déjà à Bordeaux, elle posait un simple mur dans l’espace et explorait un joli dégradé de duos, de mouvements syncopés, de rythmes séquencés, de jeux avec une bande son enveloppante. Posare il tempo, sa toute nouvelle création -en avant-première chez nous, !- devrait s’inscrire dans cette veine-là. «Poser» les corps, l’un sur l’autre, l’un dans l’autre, l’un à côté de l’autre. Prendre conscience de chaque élément au plateau, des postures et du regard du spectateur. En jouer dans un savoureux rapport à l’instant présent. Avec cette incroyable capacité à capter l’air et les espaces entre les corps, ce qui s’échange de vibrations, de pulsations. De sentiments.
Prix ​​de vente16,00 €
Remise
Remise :
Réductions
Description du produit

L’espace et le temps. Claudia Catarzi, chorégraphe et danseuse italienne, repérée chez Ambra Senatore et dans l’édition 2016 de Danceroads, s’attelle depuis plusieurs pièces - Qui, ora, 40 000 cm2, Time, A set of timings - à rappeler que ces notions simples, premières, conditionnent tout mouvement des corps sur un plateau. Conceptuelle pourtant sa danse ne l’est pas. Car ce que préfère cette danseuse pétrie de la danse facétieuse, toute en fluidité d’Ambra Senatore, c’est goûter l’attention à l’autre, la métamorphose des corps, le jeu savoureux des écarts et de l’entre. Sa danse glisse, virevolte, arpente, suspend, étire. Dans sa dernière pièce, A set of timings, montrée l’an dernier déjà à Bordeaux, elle posait un simple mur dans l’espace et explorait un joli dégradé de duos, de mouvements syncopés, de rythmes séquencés, de jeux avec une bande son enveloppante. Posare il tempo, sa toute nouvelle création -en avant-première chez nous, !- devrait s’inscrire dans cette veine-là. «Poser» les corps, l’un sur l’autre, l’un dans l’autre, l’un à côté de l’autre. Prendre conscience de chaque élément au plateau, des postures et du regard du spectateur. En jouer dans un savoureux rapport à l’instant présent. Avec cette incroyable capacité à capter l’air et les espaces entre les corps, ce qui s’échange de vibrations, de pulsations. De sentiments.