Saison 19 | 20

Souviens-toi des larmes de Colchide

Pépinière du Soleil Bleu et Glob Théâtre

C’est l’histoire d’une femme abandonnée qui perd pied, et de toutes les voix intérieures qui luttent en elle. Hanté par le mythe de Médée, ce texte polyphonique signé Aurore Jacob, fait entendre avec force la multiplicité des figures féminines dans un poème dramatique à trois voix. Peut-on être femme sans enfant et sans homme ? Peut-on laisser de côté l’amour maternel ? Dans un jeu de masques et de vidéos projetées, la jeune Anne-Laure Thumerel fait vibrer en duo ce texte troublant.

Gentry

Compagnie Mos Maiorum

De toutes les villes touchées par le phénomène de gentrification, Barcelone est sans doute LE cas d’école ! Le jeune collectif catalan Mos Maiorum s’attaque frontalement au sujet dans un dispositif immersif, où ils se font les porte-voix des habitants. Le spectateur, placé au centre de la scène délimitée par quatre écrans, ne peut être extérieur au débat qui se joue dans cette agora contemporaine. Une enquête sociologique autant qu’une expérience sensible et puissante.

Spectacle en Catalan surtitré en Français.

Chroniques Martiennes

Ray Bradbury

Asseyez-vous, posez le casque sur les oreilles. Dans la demi pénombre, tenez-vous prêts pour le voyage. Ray Bradbury vous envoie sur la planète Mars. A l’aube de l’an 2030, des terriens fuient une planète en proie au chaos. La fusée les emporte vers une terre de promesses nouvelles. Emilie Le Borgne a imaginé un dispositif sonore et radiophonique pour réentendre ce texte de science-fiction culte, précis, haletant, visionnaire. Dans le fauteuil, cette quête des grands espaces nous invite à défricher nos propres territoires martiens.

Asile

Anne-Cécile Paredes

L’artiste-photographe Anne-Cécile Paredes a écrit Asile à la première personne, livrant un peu de sa vie, du Pérou à la France, au sein d’une famille déchirée par l’exil. On voyage loin, à Lima, en d’autres temps, les années 80 et les prisonniers du Sentier lumineux, mais on entend aussi la voix d’une jeunesse française immigrée grandie dans les barres HLM. L’artiste emmêle souvenirs personnels et grande histoire, images projetées, musiques et sons, et tisse avec délicatesse un récit universel sur l’exil et les migrations.

On n’a jamais vu une danseuse étoile noire à l’Opéra de Paris

Faizal Zeghoudi

Quatre interprètes-danseurs accompagnés d’un musicien prennent la parole sur la question de nos différences. Dans un dialogue théâtral et chorégraphique, ponctué de musique et de vidéos, ils clashent sans tabou - et avec humour - les préjugés raciaux et culturels. Faizal Zeghoudi, connu pour sa danse à portée humaniste, lie ici l’intime et le social. Et que ce format inédit de battle parlé ait pour décor la scène de l’Opéra de Paris, est une incitation de plus à déjouer les codes et conventions.

Si nous prenions le temps

Chloé Hernandez et Orin Camus

Deux danseurs aux corps aguerris se présentent l’un à l’autre - et à nous - sans fard, ni protection, le plus nu possible. Un homme face à une femme. Orin Camus et Chloé Hernandez de la compagnie Yma tentent l’expérience du vide. Face à face ou confondus, malléables au corps de l’autre, ils inventent une danse de l’osmose, où le contact irrigue les échanges de peau et de poids. La fragilité affleure, l’affirmation aussi d’une liberté. On pourrait appeler cela une cérémonie de la confiance.

Paysages Nomades #3 T’es qui toi ?

David Dumortier, Timothée de Fombelle, Sylvie Nève, Anna Nozière, Olivier Tallec, Anne Montel, Carole Chaix, Régis Lejonc

Voix chuchotées, corps lovés dans un drôle de fauteuil rouge, oreilles abandonnées, histoires illustrées. Paysages Nomades est de retour, pour un troisième volet dédié aux enfants. Ce drôle de dispositif-fauteuil, inventé par le Glob, pose la question « T’es qui toi ? », une adresse à l’enfance, directe, franche qui aborde des jeux d’identité, de différence. Vaste question dont s'emparent les comédiens et quatre beaux duos d’auteurs-dessinateurs. Dans le creux de la boule rouge semi-ouverte sur le monde, on se laisse embarquer… sans limite d’âge !

Seuls dans la nuit

Gwendoline Soublin

A cinquante-cinq ans, Nour, une aide à domicile sans histoire, vit une expérience déstabilisante : la vision d'un phénomène aérospatial non-identifié. Cette apparition lumineuse fugace change radicalement son rapport au monde et aux autres. Comment continuer à vivre après un tel événement ? Que change-t-il au quotidien, qu'agrandit-il en nous ? L’autrice Gwendoline Soublin et le metteur en scène Anthony Thibault nous posent la question de notre rapport au mystérieux et à l’inexplicable dans une pièce aux frontières du fantastique, du poétique, et de la science.

Les Enfants éblouis

Yan Allegret

Un homme, assis seul, dans une chambre, parle dans un flot continu. Il s’adresse à sa sœur, son dernier lien avec le monde. La parole s’échappe, perd le fil, et revient toujours au passé. Après avoir livré ce texte à la Compagnie Mutine, pour la pièce chorégraphique « Toutes mes Lunes » programmée chez nous, Yan Allegret s’en empare à son tour dans une version sobre pour un seul comédien. Yann Collette nous guide sur ce chemin vers l’ailleurs et l’intime. C’est poétique, touchant, littéraire. C’est la beauté de l’enfance et la fragilité de l’âge, c’est la vie.

Livère

Stéphane Jaubertie

Livère, quel drôle de nom pour une jeune fille ! Mais qu’il colle bien à la peau de cette ado rugueuse et insolente, qui débarque avec fracas dans la vie de Moi, le fils, timide et effacé, de la nouvelle amoureuse de son père. Comment s’apprivoise t-on ? Comment glisse t-on de l’hostilité à l’amitié ? Ce conte contemporain autour de la famille recomposée, signé Stéphane Jaubertie, pose la question de la fraternité, bien au-delà des liens du sang, et de ces enfants ballotés au gré des vies amoureuses - plus si linéaires - des parents. Les deux comédiennes d’Entre les gouttes s’emparent avec onirisme de ce sujet touchant.

AMA - Les Pêcheuses de perles

Naomi Mutoh et Laurent Paris

Les pêcheuses de perles japonaises, les Ama, œuvrent depuis des siècles, et continuent encore, à travailler en apnée dans les eaux de l’océan. La danseuse de butô Naomi Mutoh s’y plonge elle aussi avec deux autres danseuses. Des nappes électroniques signées Laurent Paris et des filets numériques habillent cette danse subaquatique, hommage au geste un peu fou et risqué de ces femmes. Avec cette danse de la lenteur, du caché, et de la mémoire des éléments, l’ancienne interprète de Carlotta Ikéda, part à la recherche des choses précieuses et profondes.

Trente Trente

Rencontres de la forme courte

Courtes, étranges, inclassables, dérangeantes, hypnotisantes : les propositions du festival Trente Trente de Jean-Luc Terrade ne laissent jamais indifférents. Le Glob, compagnon de longue date du festival, accueille cette année deux jeunes duos de danseurs.

Sentiers de traverses

Pour tous ceux qui ont une âme d’explorateurs et de découvreurs de nouveaux chemins, pour les savants fous adeptes d’éprouvettes et de mélanges mystérieux, les amoureux des pochettes surprises, les amateurs de kaléidoscopes et autres machines à rêver le réel, pour les doux songeurs qui redoutent l’ennui, pour les téméraires qui aiment frissonner dans la nuit… nous avons imaginé les Sentiers de traverse.Une balade entre deux spectacles par un chemin différent, une ruelle inaccoutumée pour réveiller notre regard et nous faire découvrir d’autres couleurs, d’autres reliefs.

  • Souviens-toi des larmes de Colchide

    Pépinière du Soleil Bleu et Glob Théâtre

    C’est l’histoire d’une femme abandonnée qui perd pied, et de toutes les voix intérieures qui luttent en elle. Hanté par le mythe de Médée, ce texte polyphonique signé Aurore Jacob, fait entendre avec force la multiplicité des figures féminines dans un poème dramatique à trois voix. Peut-on être femme sans enfant et sans homme ? Peut-on laisser de côté l’amour maternel ? Dans un jeu de masques et de vidéos projetées, la jeune Anne-Laure Thumerel fait vibrer en duo ce texte troublant.

  • Gentry

    Compagnie Mos Maiorum

    De toutes les villes touchées par le phénomène de gentrification, Barcelone est sans doute LE cas d’école ! Le jeune collectif catalan Mos Maiorum s’attaque frontalement au sujet dans un dispositif immersif, où ils se font les porte-voix des habitants. Le spectateur, placé au centre de la scène délimitée par quatre écrans, ne peut être extérieur au débat qui se joue dans cette agora contemporaine. Une enquête sociologique autant qu’une expérience sensible et puissante.

    Spectacle en Catalan surtitré en Français.

  • Chroniques Martiennes

    Ray Bradbury

    Asseyez-vous, posez le casque sur les oreilles. Dans la demi pénombre, tenez-vous prêts pour le voyage. Ray Bradbury vous envoie sur la planète Mars. A l’aube de l’an 2030, des terriens fuient une planète en proie au chaos. La fusée les emporte vers une terre de promesses nouvelles. Emilie Le Borgne a imaginé un dispositif sonore et radiophonique pour réentendre ce texte de science-fiction culte, précis, haletant, visionnaire. Dans le fauteuil, cette quête des grands espaces nous invite à défricher nos propres territoires martiens.

  • Asile

    Anne-Cécile Paredes

    L’artiste-photographe Anne-Cécile Paredes a écrit Asile à la première personne, livrant un peu de sa vie, du Pérou à la France, au sein d’une famille déchirée par l’exil. On voyage loin, à Lima, en d’autres temps, les années 80 et les prisonniers du Sentier lumineux, mais on entend aussi la voix d’une jeunesse française immigrée grandie dans les barres HLM. L’artiste emmêle souvenirs personnels et grande histoire, images projetées, musiques et sons, et tisse avec délicatesse un récit universel sur l’exil et les migrations.

  • On n’a jamais vu une danseuse étoile noire à l’Opéra de Paris

    Faizal Zeghoudi

    Quatre interprètes-danseurs accompagnés d’un musicien prennent la parole sur la question de nos différences. Dans un dialogue théâtral et chorégraphique, ponctué de musique et de vidéos, ils clashent sans tabou - et avec humour - les préjugés raciaux et culturels. Faizal Zeghoudi, connu pour sa danse à portée humaniste, lie ici l’intime et le social. Et que ce format inédit de battle parlé ait pour décor la scène de l’Opéra de Paris, est une incitation de plus à déjouer les codes et conventions.

  • Si nous prenions le temps

    Chloé Hernandez et Orin Camus

    Deux danseurs aux corps aguerris se présentent l’un à l’autre - et à nous - sans fard, ni protection, le plus nu possible. Un homme face à une femme. Orin Camus et Chloé Hernandez de la compagnie Yma tentent l’expérience du vide. Face à face ou confondus, malléables au corps de l’autre, ils inventent une danse de l’osmose, où le contact irrigue les échanges de peau et de poids. La fragilité affleure, l’affirmation aussi d’une liberté. On pourrait appeler cela une cérémonie de la confiance.

  • Paysages Nomades #3 T’es qui toi ?

    David Dumortier, Timothée de Fombelle, Sylvie Nève, Anna Nozière, Olivier Tallec, Anne Montel, Carole Chaix, Régis Lejonc

    Voix chuchotées, corps lovés dans un drôle de fauteuil rouge, oreilles abandonnées, histoires illustrées. Paysages Nomades est de retour, pour un troisième volet dédié aux enfants. Ce drôle de dispositif-fauteuil, inventé par le Glob, pose la question « T’es qui toi ? », une adresse à l’enfance, directe, franche qui aborde des jeux d’identité, de différence. Vaste question dont s'emparent les comédiens et quatre beaux duos d’auteurs-dessinateurs. Dans le creux de la boule rouge semi-ouverte sur le monde, on se laisse embarquer… sans limite d’âge !

  • Seuls dans la nuit

    Gwendoline Soublin

    A cinquante-cinq ans, Nour, une aide à domicile sans histoire, vit une expérience déstabilisante : la vision d'un phénomène aérospatial non-identifié. Cette apparition lumineuse fugace change radicalement son rapport au monde et aux autres. Comment continuer à vivre après un tel événement ? Que change-t-il au quotidien, qu'agrandit-il en nous ? L’autrice Gwendoline Soublin et le metteur en scène Anthony Thibault nous posent la question de notre rapport au mystérieux et à l’inexplicable dans une pièce aux frontières du fantastique, du poétique, et de la science.

  • Les Enfants éblouis

    Yan Allegret

    Un homme, assis seul, dans une chambre, parle dans un flot continu. Il s’adresse à sa sœur, son dernier lien avec le monde. La parole s’échappe, perd le fil, et revient toujours au passé. Après avoir livré ce texte à la Compagnie Mutine, pour la pièce chorégraphique « Toutes mes Lunes » programmée chez nous, Yan Allegret s’en empare à son tour dans une version sobre pour un seul comédien. Yann Collette nous guide sur ce chemin vers l’ailleurs et l’intime. C’est poétique, touchant, littéraire. C’est la beauté de l’enfance et la fragilité de l’âge, c’est la vie.

  • Livère

    Stéphane Jaubertie

    Livère, quel drôle de nom pour une jeune fille ! Mais qu’il colle bien à la peau de cette ado rugueuse et insolente, qui débarque avec fracas dans la vie de Moi, le fils, timide et effacé, de la nouvelle amoureuse de son père. Comment s’apprivoise t-on ? Comment glisse t-on de l’hostilité à l’amitié ? Ce conte contemporain autour de la famille recomposée, signé Stéphane Jaubertie, pose la question de la fraternité, bien au-delà des liens du sang, et de ces enfants ballotés au gré des vies amoureuses - plus si linéaires - des parents. Les deux comédiennes d’Entre les gouttes s’emparent avec onirisme de ce sujet touchant.

  • AMA - Les Pêcheuses de perles

    Naomi Mutoh et Laurent Paris

    Les pêcheuses de perles japonaises, les Ama, œuvrent depuis des siècles, et continuent encore, à travailler en apnée dans les eaux de l’océan. La danseuse de butô Naomi Mutoh s’y plonge elle aussi avec deux autres danseuses. Des nappes électroniques signées Laurent Paris et des filets numériques habillent cette danse subaquatique, hommage au geste un peu fou et risqué de ces femmes. Avec cette danse de la lenteur, du caché, et de la mémoire des éléments, l’ancienne interprète de Carlotta Ikéda, part à la recherche des choses précieuses et profondes.

  • Trente Trente

    Rencontres de la forme courte

    Courtes, étranges, inclassables, dérangeantes, hypnotisantes : les propositions du festival Trente Trente de Jean-Luc Terrade ne laissent jamais indifférents. Le Glob, compagnon de longue date du festival, accueille cette année deux jeunes duos de danseurs.

  • Sentiers de traverses

    Pour tous ceux qui ont une âme d’explorateurs et de découvreurs de nouveaux chemins, pour les savants fous adeptes d’éprouvettes et de mélanges mystérieux, les amoureux des pochettes surprises, les amateurs de kaléidoscopes et autres machines à rêver le réel, pour les doux songeurs qui redoutent l’ennui, pour les téméraires qui aiment frissonner dans la nuit… nous avons imaginé les Sentiers de traverse.Une balade entre deux spectacles par un chemin différent, une ruelle inaccoutumée pour réveiller notre regard et nous faire découvrir d’autres couleurs, d’autres reliefs.

Edito

Une impulsion nouvelle a porté la construction de la saison 19/20 du Glob. Au mois de mars dernier, le Ministère de la Culture nous a attribué l’appellation « Scène conventionnée d’intérêt national Art et Création ».
C’est une magnifique étape pour construire plus fort encore le parcours des artistes que nous accompagnons et leur rencontre avec les personnes.
C’est également l’aventure d’une équipe (plus de 20 ans déjà… ), un grand bonheur au regard de toutes ces années traversées et du chemin parcouru, mais aussi un sentiment de reconnaissance pour tous les spectateurs, artistes, auteurs, régisseurs, techniciens, membres de l'équipe passés et actuels, partenaires et tutelles qui ont cru en notre projet et nous ont aidés à le faire grandir.
Nous avons donc imaginé une saison qui fourmille de nouveautés pour porter plus loin encore le mot "ensemble" et enrichir ainsi la nature de nos rencontres.
Ce sera durant deux saisons, la présence à nos côtés de deux Artistes Associés, Aurore Jacob, autrice et Anthony Thibault, metteur en scène. En complicité, pouvoir soutenir et faire découvrir leurs créations, mais aussi bousculer nos habitudes pour inventer
avec eux encore et toujours.
Ce seront Les sentiers de traverse, pensés comme des balades intuitives au cœur de notre saison, 5 soirées Pochettes surprises que l’on souhaite inattendues, étranges et également des Pots de Première à partager avec les équipes.
C’est, enfin, vous inviter le vendredi 20 septembre, 20 heures, pour notre Soirée d’ouverture de saison, « Sentiers de traverse » pour goûter ensemble en présence des artistes aux parfums de cette nouvelle saison.

Bien chaleureusement,
l’équipe du Glob.

Inscription newsletter

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Dernières nouvelles